HOMEPAGE

Vie&Travail

 

Il y a 77 ans, la tragédie de Lidice, cet Oradour-sur-Glane tchécoslovaque

 
photo:  (Le mémorial de Lidice, photo: Ondřej Tomšů)
 

Alors que la France commémore, ce lundi, le 75e anniversaire du massacre d’Oradour-sur-Glane, les Tchèques se souviennent, ce même jour, des victimes de la tragédie de Lidice. Ce village de 500 habitants situé non loin de Prague a été rasé deux ans avant le massacre de la commune de Haute-Vienne, le 10 juin 1942.

 

La commune de Lidice a été rayée de la carte par les nazis en représailles de l'attentat réussi contre Protecteur du Reich en Bohême-Moravie Reinhard Heydrich et mené par la résistance tchécoslovaque. Une autre commune, celle de Ležáky, a été meurtrie quinze jours plus tard. Sur près de 500 habitants que comptait Lidice avant la guerre, 340 civils ont été assassinés : les hommes ont été fusillés au petit matin dans le village, tandis que les femmes et les enfants ont péri en camps de concentration.

Un mémorial a été construit à l’emplacement de la commune rasée, tandis qu’un nouveau village a été construit, dans les années 1950 et 1960, un peu plus loin du lieu du drame. Directrice du Mémorial de Lidice, Martina Lehmannová explique pourquoi dans une émission de la Télévision tchèque :

« Lorsque les femmes de Lidice, déportées à Ravensbrück et survivantes de la marche de la mort, sont rentrées à la fin de la guerre, elles savaient que leur village avait été détruit. Mais elles s’attendaient à voir des ruines de maisons. Or, quand elles sont arrivées à Lidice, ce fut un choc, car il n’y avait strictement rien, même pas les restes d’un seul mur, rien, juste un vaste champ. Lorsqu’un mémorial a été érigé plus tard à l’emplacement du village, ses auteurs ont trouvé important de conserver ce vide, cet espace sans bornes. Cela mobilise l’imagination des visiteurs. Ils se demandent comment était le village et comment étaient les gens qui y habitaient. Les réponses ne viennent pas facilement. »

La tragédie de Lidice suscite une vague d’émotion et de solidarité dans le monde entier. Plusieurs villes et villages au Pérou, au Venezuela, au Mexique, aux Etats-Unis ou encore en Israël changent de nom et décident de se rebaptiser au nom du village tchèque meurtri. De surcroît, un peu plus de 500 femmes, originaires pour la plupart de pays d’Amérique latine, s’appellent Lidice de leur prénom. En juin 2017, six d’entre-elles se sont déplacées en Tchéquie pour commémorer les victimes du massacre.

La mobilisation en faveur des rescapés de Lidice, celle qui a permis de construire le nouveau village, a été initiée par le médecin et homme politique britannique Barnet Stross, originaire de la ville de Stoke-on-Trent, comme nous le raconte Martina Lehmannová :

« Le 12 juin 1942, soit deux jours après le massacre, il a lancé un appel en faveur de la construction d’un nouveau village de Lidice. Il a réussi à récolter des milliers de livres sterling à cet effet. En août 1945, un appel d’offres pour la construction du village a été lancé par les autorités tchécoslovaques - le premier du genre dans le pays après la Libération. En 1947, Barnet Stross est venu en Tchécoslovaquie pour assister à la pose de la première pierre du nouveau village de Lidice. Parallèlement, un musée du mémorial de Lidice a été fondé. Les familles des victimes ont été nombreuses à offrir au musée tout ce qui était lié à l’ancien village : des objets personnels des habitants, des photographies et documents. »

L’histoire du village martyr a ému et inspiré plusieurs plasticiens, tels que Gerhard Richter, Joseph Beuys ou Wolf Vostel. Leurs œuvres sont au cœur d’une collection unique d’œuvres d’art du monde entier qui est à voir à la Galerie de Lidice, aménagée dans l’une des maisons du nouveau village. La création de cette collection a d’ailleurs été initiée par Barnet Stross. Le Britannique a laissé encore une trace à Lidice où il se rendait régulièrement jusqu’à sa mort en 1967, une roseraie :

« Les roses ont été plantées ici dès 1955. Barnet Stross a choisi les roses, parce qu’elles sont belles et fleurissent justement au mois de juin. Cette roseraie est devenue un véritable symbole de Lidice. Il est comme un pont de paix et d’amitié comme il fut jadis appelé, car il relie le nouveau Lidice à l’emplacement de l’ancien village. »

Situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Prague, non loin de la ville de Kladno, le site de Lidice est accessible toute l’année. De nombreux événements sont organisés par le mémorial, de même qu’un concours annuel de dessin destiné aux enfants du monde entier.


 
 
Auteur: Český rozhlas Radio Praha
 
Ajoutée: 10.06.2019
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Vie&Travail
 
 

Comme un lundi : le Keanu Reeves...

Ivo Raisr, spécialiste en informatique, n’est pas prêt d’oublier sa journée du 16 septembre. Son trajet...

 
 
Vie&Travail
 
 

Dans une enquête inédite, la Radio...

Comment la société tchèque a-t-elle changé depuis la chute du rideau de fer ? Qu’est-ce qui la divise et...

 
 
Vie&Travail
 
 

Duong Nguyen Jirásková : Vis ma vie...

Seconde partie de notre entretien avec Duong Nguyen Jirásková, jeune bloggeuse très active sur internet...

 
 
Vie&Travail
 
 

A Prague, une rétrospective du...

L’une des principales galeries d’art privées à Prague, le Centre d’art contemporain DOX a inauguré sa...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…