HOMEPAGE

Culture

 

La poterie, « du yoga pour les mains »

 
photo:  (Marie Poirot, photo: Darya Margolina)
 

Qui n’a pas rêvé d’essayer la poterie après avoir visionné le film culte Ghost où Demi Moore met la main à l’argile aux côtés de Patrick Swayze ? Depuis 2015, Marie Poirot transmet sa passion pour la poterie aux débutants et aux plus expérimentés dans son atelier Terra Ceramics, situé au cœur du quartier de Vinohrady. Après un baccalauréat en arts appliqués et un BTS en design de produit obtenus en France, Marie Poirot a continué ses études en Écosse où plusieurs ateliers lui ont permis de travailler avec différentes matières. Pourtant, c’est tout naturellement que la céramique s’est imposée à elle. Radio Prague est allée rendre visite à Marie Poirot dans son atelier Terra Ceramics :

 

Qu’appréciez-vous dans la poterie ? Qu’est-ce que cette activité vous apporte dans votre quotidien ?

« À la base ce qui me plaisait c’était le rapport avec la terre, le fait de pouvoir toucher cette matière et de construire quelque chose de fonctionnel en partant de rien. J’adore le côté technique de la poterie, ce n’est pas facile et c’est un apprentissage illimité. Quand j’aurais quatre-vingt ans, je n’en aurais pas encore fait le tour. C’est tellement vaste… Il y a différents modes de cuisson, différents argiles, différents émaux… Certaines personnes se spécialisent dans l’émaillage, c’est de la chimie ! D’autres se spécialisent dans la sculpture ou sur le tour… Désormais, mon métier évolue car j’enseigne beaucoup aujourd’hui. Le partage rendre donc en jeu. C’est essentiel pour moi. Je ne pourrais pas faire uniquement de la production et ne plus enseigner, j’ai besoin des deux. »

Comment est née cette idée d’ouvrir un atelier de céramique à Prague ?

« Au départ, je me suis concentrée sur l’apprentissage du tchèque. J’avais l’idée d’ouvrir un business mais je souhaitais une boutique qui donne sur la rue pour vendre des objets finis et mes propres créations éventuellement. Puis cet espace s’est présenté à moi mais il était placé sur cour… Mais il m’attirait tout de même par son emplacement et sa lumière. J’ai longtemps hésité et puis je me suis dit qu’il y avait un monde de possibles alors j’ai sauté sur l’occasion. Je ne savais pas ce que j’allais en faire mais je savais que ce serait en relation avec la céramique. Au début, c’était un atelier où je faisais des choses pour moi et puis je me suis sentie très seule, très rapidement. J’avais besoin de gens pour me nourrir : au bout d’un moment on tourne en rond avec les idées. Naturellement, j’ai commencé à vouloir amener des gens et à enseigner. Et puis tout doucement, il y a eu un jour ou j’enseignais, puis il y a eu de plus en plus de monde et il y a eu un deuxième jour et ainsi de suite. »

Comment se déroulent les différents cours et stages que vous proposez ?

« Je propose un forfait de cinq leçons par exemple où les gens ont cette flexibilité de pouvoir continuer ou non les cours par la suite. Cela leur permet d’avoir une belle visibilité sur tout ce qui est possible de faire en poterie et de rentrer chez eux avec quelques produits finis. Ils peuvent aussi venir pour une seule leçon même si je leur explique que cela ne leur permet pas de voir énormément de choses. Mais cela reste une option possible. Et enfin, je propose la formule trimestrielle où les élèves viennent pendant trois mois à l’atelier où les élèves apprennent de la base jusqu’à la production de leurs projets. »

Et à partir de quel niveau peut-on commencer ces cours ?

« On aime bien mélanger les niveaux. Les débutants sont vraiment accueillis les bras ouverts. On a toujours des gens plus expérimentés qui se mélangent aux débutants. Cela leur permet de rafraîchir leurs connaissances. Quant aux débutants, ce mélange favorise un apprentissage dans une dynamique variée. »

Donc finalement, même si on n’a jamais fait de poterie, on peut participer à cet atelier et repartir avec ses propres créations ?

« Tout à fait, c’est l’idée. Vous venez ici, vous ne connaissez rien des argiles, des émaux, des techniques puis vous repartez avec votre objet fini. Il faut attendre un peu car il y a un processus de séchage et de cuisson mais avec un peu de patience, vous repartez avec votre objet à la maison que vous pouvez utiliser dans votre vie quotidienne. »

Un loisir qui crée des liens

À qui sont destinés les cours et les stages que vous proposez ?

« Les élèves – comme j’aime les appeler car même si ce sont des clients, ce sont avant tout nos élèves – sont principalement des expatriés. Cela c’est aussi construit naturellement puisque la langue que nous utilisons est principalement l’anglais. Mais nous attirons des gens du monde entier. Honnêtement, il faudrait compter le nombre de pays que nous n’avons pas, plutôt que de compter le nombre de pays que nous avons parmi nous. Il y a beaucoup d’Européens mais aussi des personnes des États-Unis, d’Amérique du Sud, d’Asie, de Russie… de partout. »

Et en quelle langue donnez-vous vos cours ?

« À l’origine, j’étais toute seule. Je parle le français, le tchèque et l’anglais donc je m’adaptais. Maintenant, mes assistantes parlent principalement l’anglais mais malgré tout, il y a tout de même des Tchèques et des Français qui continuent de suivre les cours. Je pense que la langue qui nous unit est l’anglais et en même temps ça permet aux Tchèques et aux étrangers d’améliorer leur anglais. »

Qu’apprenez-vous de vos apprentis potiers ?

« Ils m’apportent une dynamique dont j’ai besoin pour mes propres créations. Simplement les avoir dans l’atelier, faire de la poterie avec eux, leur apprendre, ça me permet de rafraîchir mes connaissances à chaque fois. Et puis de les voir évoluer, c’est génial ! Quand ils me disent qu’ils ont installé un coin avec de l’argile dans leur appartement, c’est pour moi la plus belle récompense. Tout cela, me permet d’avancer dans mon travail, dans mon enseignement et dans la vie de l’atelier. »

D’ailleurs, vous vendez vos propres créations sur votre site internet et sur la boutique en ligne Etsy. Quelles sont vos inspirations pour créer votre propre signature ?

« Je pense que cela prend beaucoup de temps. Je me chercherais encore pendant longtemps. Mais en général, je pense que ma signature a été inspirée par ma formation en design de produit. J’ai toujours été bercée dans des choses assez contemporaines. Du coup, mes céramiques reflètent un certain minimalisme avec une touche d’imperfection que j’aime ajouter. Il y a aussi des graphismes assez fort, j’aime bien le côté rustique mais il doit toujours être relié à une touche de modernité. J’aime ce contraste entre la poterie moderne et la poterie rustique. »

Si vous deviez donner une définition de la création artistique, que serait-elle ?

« Je pense que l’esprit de l’atelier est de pouvoir libérer sa créativité et surtout de se dire qu’il n’est pas trop tard. Si vous n’êtes pas créatif, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas le devenir. On essaie de faire en sorte que les gens arrivent ici avec le sourire, qu’ils repartent avec le sourire, qu’ils passent un bon moment et qu’ils puissent se relaxer avec leurs mains. Souvent mes élèves me disent que c’est du yoga pour les mains. Ça leur permet d’oublier les petits problèmes du quotidien et de développer leur créativité bien sûr. »

Parole aux potiers

Plusieurs élèves de l’atelier Terra Ceramics se sont confiés au micro de Radio Prague. Deux élèves français, une élève tchèque et une élève américaine ont tous exprimés, à leur manière, leur affection pour cette activité :

« La première leçon a été une révélation. Au boulot, on a pas mal de tâches qui s’accumulent au cours de la journée et il y a un moment donné où il faut prendre du recul et se changer les idées. Quand on s’investit dans quelque chose de manuel, c’est très créatif, ça me libère complétement l’esprit et j’oublie tout le reste. »

« On vient à ce cours-là, on vient à un autre, on voit des têtes différentes et des réguliers aussi. Ça permet de rencontrer des gens à Prague qui reste tout de même un petit monde. »

« Les cours de céramique me permettent aussi d’améliorer mon anglais gratuitement. Rencontrer des gens d’autres pays permet d’apprendre davantage sur leurs cultures et leurs langues, c’est vraiment amusant. »

« J’apprécie ces cours de céramique car ils ne sont pas traditionnels. Les cours permettent d’apprendre la base de la poterie mais si nous avons déjà de l’expérience dans cette matière, les professeurs nous laissent davantage de liberté pour pouvoir travailler et créer ses propres projets dans l’atelier. »


 
 
Auteur: Český rozhlas Radio Praha
 
Ajoutée: 02.03.2019
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Culture
 
 

Lifting intégral pour le célèbre mur...

Le célèbre mur John Lennon, symbole de la résistance passive et pacifique contre le régime communiste...

 
 
Culture
 
 

Journée de deuil national en hommage...

Le gouvernement tchèque a décrété une journée de deuil national, ce samedi 12 octobre, en hommage au...

 
 
Culture
 
 

Le théâtre noir mis en lumière

Si vous êtes déjà venus à Prague, difficile de ne pas avoir entendu parler du fameux Black Light Theater,...

 
 
Culture
 
 

Karel Gott : plusieurs dizaines de...

Le Palace Žofín au bord de la Vltava accueille ce vendredi les très nombreuses personnes voulant rendre...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…

 
 

Facebook