HOMEPAGE

Culture

 

The Painted Bird, le film choc choisi pour représenter le cinéma tchèque aux Oscars

 
photo:  (radio.cz)
 

C’est un film qui semble ne laisser personne indifférent. The Painted Bird vient d’être présenté dans des festivals prestigieux, à Venise en compétition officielle puis à Toronto – et il produit à chaque fois le même effet : une bonne partie du public sort de la salle, tandis que les critiques sont dans l’ensemble très favorables. Le film vient également de sortir en République tchèque, le pays du réalisateur de ce très long-métrage remarqué.

 

Rien que la bande annonce fait froid dans le dos. L’affiche aussi d’ailleurs, sur laquelle on voit un enfant enterré jusqu’au cou avec des corbeaux qui s’approchent dangereusement de sa tête. Tout est en noir et blanc, les dialogues sont minimalistes et pendant près de trois heures, rien n’est épargné au spectateur : viol, inceste, mutilations… Le réalisateur tchèque Václav Marhoul n’est pas du genre à faire des concessions. Il a choisi la manière forte pour adapter le livre du même nom, L’oiseau bariolé dans sa traduction française, sorti dans les années 60 et présenté comme une autobiographie de Jerzy Kosinski, Juif polonais sauvé de la Shoah grâce à un faux certificat de baptême.

L’histoire relate l’errance d’un gamin dans une Europe centrale déchirée par la Deuxième guerre mondiale et la barbarie. Pendant le tournage, le réalisateur a dû faire appel à un psychologue :

« Le psychologue nous a aidés et a aidé Petr Kolár, l’enfant qui joue le rôle principal. J’avais une grande crainte qu’il soit trop marqué par le tournage de ce film, qui est vraiment très cruel. Le docteur Václav Mertin, l’un des meilleurs psychologues cliniciens du pays, a commencé par lui faire passer des tests. Il m’a dit que je pouvais être tranquille car ce garçon avait une personnalité en or qui lui faisait toujours voir le verre non pas à moitié plein mais complètement plein. Après des scènes difficiles, il allait gaiement grimper dans les arbres et sauter partout. »

La performance des acteurs est indéniable, celle des enfants comme celle des vedettes charismatiques que sont le Suédois Stellan Skarsgard ou l’Américain Harvey Keitel.

A Prague, le film a été salué par une partie de la critique mais certaines ne sont pas tendres et dénoncent notamment une « spirale de violence plutôt inconsistante ».

En attendant de voir si son film, sorti le 12 septembre, va connaître un succès public dans son pays natal, Václav Marhoul est récemment revenu sur la longue période qui a précédé le tournage – onze années en tout, rythmées par l’obtention des droits du livre puis par de nombreux refus de financement, malgré l’obtention en 2016 à Cannes d’une mention spéciale récompensant le scénario de ce long-métrage :

« La recherche de financements est un cauchemar pour tous les cinéastes, et moi en plus je ne fais pas de compromis artistiques. J’ai refusé de ne pas tourner en noir et blanc et ça m’a grillé en France, en Allemagne et en Israël auprès de potentiels coproducteurs. Dans d’autres pays, le fait que je refuse de tourner en anglais m’a aussi porté préjudice. »

Et dans le film, les rares dialogues sont en effet prononcés dans une espèce d’esperanto slave inventé il y a une dizaine d’années par un Tchèque passionné (dont nous reparlerons bientôt sur notre antenne).

Dans un des entretiens qu’il a accordés récemment à la presse locale, le réalisateur de cette adaptation de L’oiseau bariolé revient également sur les difficultés à trouver des coproducteurs en Pologne, où s’est déroulé le tournage.

Selon Václav Marhoul, aucun producteur polonais n’a osé s’investir dans ce projet à cause des polémiques concernant l’Holocauste dans le pays, "surtout depuis les débats de l’année dernière à Varsovie sur une loi interdisant toute référence à une participation polonaise aux crimes contre l’humanité commis pendant la guerre".

Côté tchèque, le débat est moins passionné. The Painted Bird (Nabarvené ptáče en tchèque) a reçu des aides publiques du Fonds national du cinéma (environ 1 million d’euros) et vient d’être choisi pour représenter le pays aux pré-sélections pour le prochain Oscar du film étranger.

 
 
Auteur: Český rozhlas Radio Praha
 
Ajoutée: 20.09.2019
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Culture
 
 

Entre « Icons et Mythologies », la...

Depuis le 8 octobre dernier, la galerie GAMU, située à deux pas de l’église Saint-Nicolas dans le...

 
 
Culture
 
 

Designblok 2019 : le design pour un...

« Explorer le rôle du designer en matière de conception responsable de produits dans notre monde...

 
 
Culture
 
 

Rusalka, d’Antonín Dvořák, pour la...

Aussi étonnant que cela puisse paraître, en presque cinquante ans d’existence, l’Opéra national du Rhin...

 
 
Culture
 
 

Lifting intégral pour le célèbre mur...

Le célèbre mur John Lennon, symbole de la résistance passive et pacifique contre le régime communiste...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…

 
 

Facebook