HOMEPAGE

Culture

 

Le Festival du film français nouveau est (presque) arrivé

 
photo:  (radio.cz)
 

Comme chaque année à cette époque, l’heure est au vin nouveau et au nouveau cru du Festival du film français. La 17e édition de cet événement majeur pour la cinématographie française en Tchéquie, organisée par l'Institut français de Prague, se déroule du 19 au 26 novembre à Prague bien sûr mais également à Brno, České Budějovice, Hradec Králové, et Ostrava. Au programme, détaillé ce mardi en conférence de presse, huit avant-premières, une rétrospective consacrée à l’œuvre du réalisateur Benoît Jacquot ou encore un focus sur les films récents de Juliette Binoche.

 
 

Filmée par le maître iranien Abbas Kiarostami, dans son activité de peintre par sa sœur Marion Stalens ou en Camille Claudel par Bruno Dumont, Juliette Binoche, depuis ses premiers succès avec André Téchiné ou Leos Carax, n’a eu en effet de cesse de privilégier d'ambitieux projets cinématographiquement. Voilà qui méritait bien un focus comme l'explique Tereza Jiravová, en charge de la programmation du festival :

« Nous voulions mettre en valeur le film d’Olivier Assayas, Sils Maria, qui est en anglais et dans lequel elle joue une actrice très renommée. Juliette Binoche a fêté cette année son cinquantième anniversaire et je pense que l’Institut français de Paris a proposé une collaboration avec l’Institut français de Prague pour présenter un focus de cinq de ses derniers films. Sa filmographie est tellement vaste que nous ne pouvons pas vraiment faire une rétrospective. »

L’ambition du festival est justement de proposer un aperçu, le plus vaste possible, de la production cinématographique française contemporaine, laquelle continue de se frayer un chemin privilégié vers les écrans tchèques. C’est ce dont témoigne Anna Mitéran, codirectrice artistique du festival :

« Pour 2013, les distributeurs tchèques ont sorti quarante films français qui ont rassemblé à peu près 400 000 spectateurs. Cela situe traditionnellement la cinématographie française en troisième position dans la fréquentation des salles, après les productions américaines et tchèques. Même si cela représente une légère baisse par rapport à 2012 où il y avait eu 440 000 spectateurs, c’est un très beau résultat par rapport aux titres sortis. En effet, en 2013, il n’y a pas eu de titres forts comme Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté ou Intouchables. Le film dont la fréquentation a été la plus importante a été L’Ecume des jours de Michel Gondry. »

Avec huit films diffusés en avant-première dans le cadre du festival, dont le remarquable Deux jours, une nuit, des frères Dardenne, et bientôt projetés dans les salles obscures de République tchèque, le cinéma français continue de séduire les distributeurs. Tereza Jiravová :

« Nous travaillons avec les distributeurs tchèques qui ont la chance d’acheter beaucoup de films déjà projetés à Cannes. Mais aussi dans la section du Choix de la critique tchèque, nous avons réussi à avoir des films de la sélection officielle de Cannes et nous sommes très contents d’avoir le film L’Homme qu’on aimait trop d’André Téchiné ou d’autres films prévus pour la distribution. Je voudrais mentionner le film de Bertrand Bonello, Saint Laurent, sur le couturier du même nom. Le réalisateur était à Prague il y a deux ans pour présenter son film L'Apollonide. Cette année, le film Saint Laurent va représenter la France aux Oscars et je pense qu’il va attirer beaucoup de spectateurs. »

Parmi les neuf films projetés dans la catégorie du Choix de la critique tchèque, des longs métrages souvent primés dans des festivals internationaux et qui pourraient taper dans l’œil d’un distributeur tchèque, Anna Mitéran confesse à un coup de coeur :

« J’ai vraiment un faible pour le film The Search de Michel Hazanavicius. C’est un film très exigeant, très difficile pour le spectateur, mais c’est un film très humain. C’est une œuvre qui décrit les destins de gens pendant la guerre de Tchétchénie, d’un petit garçon, d’une femme qui travaille pour une ONG et parallèlement d’un petit garçon russe qui est enrôlé dans l’armée russe et qui, contre son gré, est transformé en machine à tuer. »

A noter enfin une section consacrée aux courts métrages et la présence à Prague de plusieurs cinéastes français dont Benoît Jacquot, qui présentera son nouveau film Trois cœurs ainsi qu’une rétrospective de son œuvre. Toutes les informations sont disponibles à l’adresse .

 
Auteur: Český rozhlas Radio Praha
 
Ajoutée: 11.11.2014
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Culture
 
 

A Bordeaux, une exposition met en...

Jusqu’au 6 mai prochain, le Musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux propose une exposition...

 
 
Culture
 
 

Une nouvelle pépite du cinéma d...

Le public français a la chance inouïe de pouvoir découvrir depuis mercredi dernier dans les salles de...

 
 
Culture
 
 

A Berlin, le réalisateur tchèque Jiří...

Ce jeudi soir sera donné le coup d’envoi de la 68e Berlinale, qui s’achèvera le 25 février prochain...

 
 
Culture
 
 

Michael Pospíšil, trente ans de vie...

Ancien directeur du Centre tchèque à Paris, Michael Pospíšil est actuellement à l’honneur à l’Institut...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…