HOMEPAGE

Découvrez la RT
 
Informations sur la RT

 

Histoire de l'art tchèque

 
photo:  (sxc.hu)
 

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd'hui, vous pouvez admirer de nombreux tableaux et autres œuvre sd'art, non seulement dans les galeries tchèques, mais directement dans les lieux pour lesquelles elles ont été créées.

 
 

Le monde préhistorique en images

Au commencement, il y avait la femme, c'est-à-dire la statuette d'une femme. De dix-sept centimètres de hauteur, de forme ovale, elle fut réalisée dans un mélange de cendres, de terre argileuse et de poussière d'os. Les archéologues estiment son âge à 30 000 ans. Ils l'ont appelée la Vénus de Věstonice d'après le lieu de sa découverte dans un campement de chasseurs de mammouths à Dolní Věstonice en Moravie.

Reliefs, fresques et enluminures de l'art roman

L'art roman a joué un rôle important dans la culture des pays tchèques entre l'an 1100 et le début du 13ème siècle.

Le modèle conservé de sculpture romane en relief est la forme des fenêtres du palais d'Olomouc , probablement l'œuvre de sculpteurs italiens. Le triptyque du couvent Saint Georges dans l'enceinte du Château de Prague avec les personnages de Přemysl I et de l'abbesse Agnès est également représentattif de cette époque.

Toutes les églises romanes étaient décorées de fresques. Les plus anciennes et en même temps les plus importantes du point de vue artistique sont les fresques de la rotonde Sainte Catherine à Znojmo , placée sur un éperon rocheux au-dessus de la rivière Dyje.

L'illustration des livres était très appréciée. La plus belle œuvre, qui à l'époque n'avait pas d'équivalent en Europe centrale, est le Codex de Vyšehrad . En dehors de nombreuses initiales et scènes de l'Ancien testament, il comprend trente tableaux du Nouveau testament.

L'art gothique

L'empereur du Saint empire romain germanique et roi de Bohême Charles IV était à la tête d'un grand ensemble de pays, comprenant l'actuelle Allemagne, l'Autriche, la Suisse, et les pays du Benelux. Le peintre de la cour de Charles IV était Maître Théodoric , dont la tâche principale consista dans la décoration de la chapelle de la Sainte Croix, principale salle du château de Karlštejn , où devaient être entreposés les joyaux de la couronne, des documents officiels précieux et des reliques de saints. Il a recouvert les murs de cette salle de cérémonie de 129 tableaux, représentants des martyrs, des saintes veuves et vierges, des papes, des évêques et des abbés – combattants de l'armée des cieux de Jésus Christ.

Une autre personnalité importante est le Maître de l'autel de Vyšší Brod . Son nom provient du cycle de neuf tableaux de la vie du Christ, destinés à l'origine à l'abbaye de Vyšší Brod. Par son œuvre, il est devenu créateur du beau style qui domina aux environs de 1400 toute la production européenne et particulièrement la production de cour. 

Le maniérisme

L'empereur Rodolphe II était fasciné par la bizarrerie. C'est peut-être pour cette raison qu'il a choisi l'Italien Giuseppe Arcimboldo (1532-1593) pour être son peintre de cour. Son expression artistique se caractérisait par des têtes allégoriques symbolisant les saisons, les éléments composés de différents objets, de légumes, de fruits, de poissons, etc. De cette manière, il a donné forme à l'empereur lui-même avec son portrait de Rodolphe II représenté en dieu Vertumne , composé de fleurs et de fruits.

Rodolphe II était entouré de peintres et de sculpteurs allemands et hollandais formés le plus souvent en Italie. Parmi eux, il y avait trois maîtres, le peintre Bartholomeus Spranger (1546-1611), qui reçut la commande des cycles de tableaux mythologiques inspirés par les Métamorphoses d'Oedipe et l'aventure amoureuse de Vénus, l'excellent portraitiste Hans van Aachen et le sculpteur Adrian de Vries , dont les œuvres décoraient les jardins du Palais Wallenstein avant qu'elles ne soient pillées par les armées suédoises.

L'art baroque dans les pays tchèques

Les peintres et les sculpteurs ont essayé d'exprimer de la manière la plus suggestive les états psychiques de leurs personnages – la douleur, la joie, la surprise, la peur, la concentration – et de les rapprocher du spectateur.

Petr Brandl (1668-1735) était l'un des plus grands maîtres baroques, auteur d'une grande quantité de grands tableaux d'autel. Toutes les figures des scènes bibliques y sont vivantes, souvent placées dans des situations de sentiments extrêmes mais toujours de manière persuasive.

A cet égard, son contemporain et ami Jan Kupecký (1667-1740) était très proche de lui. Dans ses portraits, Kupecký savait parfaitement saisir aussi bien l'aspect de la personne mais aussi les traits de son caractère.

Le graphiste Václav Hollar (1607-1677) est un phénomène particulier de l'art baroque chez nous, mais aussi en Europe. Ses vues des villes européennes ont une grande valeur artistique et documentaire. En raison de sa foi, il dut quitter le pays et en Angleterre, fit la connaissance des œuvres de Rembrandt et d'autres artistes importants, dont il transférait les œuvres sous forme graphique. Il a créé une importante quantité d'œuvres graphiques libres représentant des allégories de saisons.

Deux figures de la sculpture baroque représentent deux ateliers de conceptions différentes, qui rivalisaient entre eux pour obtenir des commandes à Prague. Ferdinand Maximilien Brokof (1688-1731) est un des membres et continuateur d'une longue tradition familiale. Ses statues monumentales donnent une impression calme et réfléchie. Elles sont pourtant remplies d'une grande tension interne, exprimée par un geste paisible.

En revanche, les œuvres de Mathias Bernard Braun (1684-1738) ont une expression d'inquiétude. Le sculpteur soulignait les moments tendus par des gestes de théâtre prononcés et par des riches plis des vêtements. Aussi bien le représentant de la tradition locale que Braun, qui est venu d'Autriche à Prague, ont donné l'apparence actuelle aux statues du Pont Charles. L'ensemble des statues de Brokof, représentant Saint Jean de Matha, Félix de Valois et Ivan avec le personnage très réaliste du Turc gardant les chrétiens ainsi que la Vision de Saint Luitgarde de Braun sont remarquables.

Le classicisme

La plus importante personnalité de la peinture du classicisme est Antonín Mánes (1784-1843). Son œuvre a connu une évolution mouvementée, depuis des paysages composés avec des temples antiques, en passant par des scènes romantiques et déchirées avec des ruines et des nuages menaçants jusqu'à des paysages très réalistes avec une lumière naturelle. 

La nation à elle-même

La seconde moitié du 19ème siècle se déroula sous le signe d'un énorme essor économique des pays de la Couronne tchèque, intégrés dans la grande formation d'Etats que formait la monarchie austro-hongroise. Les idées patriotiques se concrétisèrent dans la construction du Théâtre national de Prague dans les années 1868-1883 et dans celle du palais des arts, le Rudolfinum , en 1885, concentrant autour d'eux l'attention et l'intérêt des artistes, appelés plus tard la "génération du Théâtre national". Des sculpteurs, des peintres et des architectes de renom en ont fait partie : le sculpteur Bohumil Schnirch (les attelages de chevaux au-dessus de l'entrée, ou "triges"), les sculpteurs Antonín Wágner  (les représentations des muses, divinités présidant aux arts et aux sciences) et Josef Václav Myslbek (l'allégorie de la Musique en bronze),  František Ženíšek (la décoration des intérieurs), Mikoláš Aleš (le projet des quatorze lunettes appelées Nation) et  Vojtěch Hynais (le rideau).  

Le romantisme

Les œuvres romantiques du peintre Josef Navrátil (1798-1865) ont atteint en leur temps un niveau européen. Il maîtrisait parfaitement la couleur par laquelle il savait animer un jet d'eau rococo, une nature morte ou un bouquet dans un vase. La décoration du château de Jirny en 1857, dans le style du deuxième rococo, représente l'apogée de sa maîtrise de l'art de la fresque.

Josef Mánes (1820-1871) était aux antipodes de Navrátil. Il peignait des paysages, des portraits, des tableaux de genre. Le résultat de ses études est la plaque de l'Horloge de Prague de 1866.

Le réalisme

L'œuvre immense de Josef Václav Myslbek (1848-1922) représente l'apogée de la sculpture tchèque du 19ème et même du début du 20ème siècle. Les œuvres phare de Myslbek sont la statue de la Musique au foyer du Théâtre national et le monument de Saint Venceslas, sur la place Venceslas à Prague.

Autre personnalité importante de la peinture réaliste, l'artiste AntonínChittussi (1847-1891). Il voyait sa propre conception du paysage dans un terrain plastique, dans le désordre d'une tranche de la réalité et dans une lumière naturelle et diffuse. Il était fasciné par la nature de la Bohême du Sud et du Plateau tchéco-morave. Ce sont surtout ses toiles de petite taille, peintes par de rapides traits détendus, qui sont considérées comme des joyaux de la peinture tchèque.

L'impressionisme, le symbolisme, l'Art nouveau

A la génération du Théâtre national, imprégnée de sentiments patriotiques et du besoin de célébrer le passé national a succédé la génération des années 1890, rassemblée dans l'association des artistes plastiques Mánes . Ils ne désiraient pas se détacher des racines de la tradition nationale mais voulaient l'enrichir de nouvelles impulsions de l'art mondial. L'unité de style s'est désagrégée. Une quantité de menus courants firent leur apparition, tout particulièrement dans les arts plastiques. C'est dans cet esprit que virent le jour l'impressionisme et le symbolisme.

Au commencement du paysage tchèque moderne se place Antonín Slavíček (1870-1910). Dans ses tableaux, il ne saisit pas seulement les phénomènes atmosphériques optiques, mais tente d'exprimer les destins des gens et le contenu intérieur du paysage. .

Tout au début, le symbolisme s'est exprimé dans l'œuvre sculpturale de František Bílek (1872-1941), un artiste d'orientation mystique. Ses sculptures expriment la tragédie de la vie et sont en même temps le symbole commun de l'existence humaine.

Le leader de cette génération des années 1890, liant dans sa création les tendances du symbolisme et de l'impressionnisme, est Jan Preisler (1872-1918). Les tableaux de Preisler, par exemple le Lac noir, le Conte, sont énigmatiques, mystérieux, voire tristes.

Max Švabinský (1873-1962) était un dessinateur, graphiste et peintre virtuose. Il créait à la plume des dessins colorés. La liste de ses mérites est longue : fondateur de l'école tchèque de graphisme, premier professeur de la classe de graphisme à l'Académie des Beaux Arts à Prague, excellent portraitiste, peintre et dessinateur, illustrateur et créateur de timbres et de billets de banque. Et on peut encore y ajouter des œuvres monumentales.

Une sorte de deuxième vague symboliste, liée dans le milieu tchèque avec l'association Sursum, exista encore avant la première guerre mondiale. Son principe de création était la "rêverie". Sursum a découvert des personnalités comme Jan Zrzavý ou Josef Váchal (1884-1969), "les grands noms" de l'art moderne tchèque.

L'Art nouveau décoratif

Il suffit de prononcer le mot Art nouveau, et le nom d'Alfons Mucha (1860-1939) vient automatiquement à l'esprit. La renommée de l'œuvre de cet artiste a rapidement dépassé les frontières de son pays. Elle a même touché Paris. Dans les années 1890, Mucha y réalise des projets d'affiches et de programmes pour la célèbre actrice Sarah Bernhardt et pour le théâtre de la Renaissance, qui charment le public parisien. 

Vous pourrez découvrir des exemples de sculptures Art nouveau par exemple sur la place de la Vieille-Ville avec le monument Jan Hus du sculpteur Ladislav Šaloun (1870-1946) ou le monument František Palacký de Stanislav Sucharda (1866-1916). Avec le Saint Venceslas de Myslbek,qui ne fut achevé qu'en 1924, ces œuvres monumentales n'ont pas d'équivalent dans la sculpture tchèque.

L'expressionisme

L'explosion de l'expressionisme est liée aux noms de : Emil Filla , Bohumil Kubišta , Antonín Procházka .

Le cubisme tchèque

En architecture et en arts décoratifs, le cubisme a atteint des sommets jamais atteints ailleurs.

Emil Filla et Bohumil Kubišta sont indiscutablement les plus fortes personnalités du cubisme tchèque. L'œuvre de Filla reflète très fortement les deux conflits mondiaux. Son expérience du camp de concentration de Buchenwald a fortement imprégné son œuvre. Sa meilleure nature morte cubiste est sans doute celle qu'il a créée aux Pays-Bas dans les années 1914-1918, où il a été fortement influencé par la peinture hollandaise du 17ème siècle.

Bohumil Kubišta était un défenseur passionné de l'art moderne et un critique de l'art ancien. Il se basait sur des connaissances profondes d'optique et de physiologie de la vue, qu'il appliquait ensuite dans les compositions très réfléchies de ses toiles.

Antonín Procházka faisait apparaître la beauté et la poésie des choses ordinaires. Sa création originale est fondée sur sa sensibilité pour la belle matière. Pour son expression, il utilisait l'ancienne technique de peinture à l'aide de la cire chaude – l'encaustique.

L'essence même de la personnalité de Josef Čapek (1887- 1945) était un sentiment profond d'appartenance sociale et d'humanisme. C'est justement en raison de ses idées et de ses activités politiques que les nazis le firent arrêter en 1939 et déporter. Il est mort vers la fin de la guerre à Bergen-Belsen.

Otto Gutfreund (1889-1927) occupait une place privilégiée dans la sculpture cubiste. Ses statues correspondaient aux tendances de la peinture de l'époque. Les plastiques polychromes de Gutfreund, qui n'avaient pas d'équivalent dans la sculpture mondiale de l'époque, expriment les problèmes de l'homme, de la civilisation et du travail. 

Le paysage pendant l'entre-deux-guerres

Parmi les grands paysagistes de l'entre-deux-guerres, citons Rudolf Kremlička (1886-1932), mais aussi Václav Špála  et Jan Zrzavý (1890-1977), de sensibilité plus moderne.

Mystérieux orphisme

František Kupka (1871-1957) avait commencé avec l'abstraction géométrique. Sa conception s'appelle l'orphisme. Il exprimait le rythme musical par le mouvement d'une ligne de couleur ou par la dégradation dynamique de surfaces colorées. 

En dehors de cette personnalité mondialement connue, plusieurs peintres se sont consacrés à cette peinture abstraite, comme par exemple Vojtěch Preissig (1873-1944) ou František Foltýn (1891-1976).

Les années trente

Le paradoxe du surréalisme tchèque est que tant les peintres que les théoriciens de ce mouvement seront poursuivis pendant l'occupation nazie, mais aussi malheureusement dans les années cinquante. C'est certainement le Groupe Ra  que l'on associe le plus au surréalisme. Le plus célèbre couple de peintres est sans doute celui formé par Jindřich Štýrský (1899-1942) et Toyen (1902-1980).

Štýrský est un des tout premiers à s'être consacré au collage de couleur tout en explorant les rêves en tant qu'inspiration de sa création artistique. En dehors des rêves, il a abordé dans son œuvre le domaine de l'érotisme, de l'imaginaire agressif et de l'humour noir. 

Toyen (de son vrai nom Marie Čermínová ) était un personnage-clé de l'art surréaliste d'avant-garde, ayant sa place sur la scène artistique européenne, ainsi qu'une femme rebelle dotée d'une très grande imagination. Par l'intermédiaire des moyens typiques de l'art surréaliste, elle a réussi à exprimer l'absence de sens et l'absurdité de la guerre.

Josef Šíma (1891-1971) est également lié à la France et à l'imagerie surréaliste. Ses tableaux nous conduisent dans des coins mystérieux où les roches se transforment en personnes vivantes se déplaçant dans l'air, où des objets inanimés prennent un aspect humain.

Les années de guerre

La guerre a déterminé le caractère de l'art plastique tchèque des années 1940 et provoqué un abandon de l'expérimentation pour se tourner vers de nouveaux contenus humanistes. Cependant, les artistes devaient les coder par le biais de symboles car ils s'exprimaient alors dans un état de détresse existentielle. Des sujets, comme la Cène située dans l'environnement actuel des abris antiaériens, apparaissaient, ainsi que d'autres symboles plus compliqués exprimant la souffrance, la solitude et les horreurs de la guerre. Sur cette plate-forme se sont rencontrés les artistes de la vieille génération (Filla, Čapek) avec la plus jeune qui commençait à surgir sur la scène sous le patronage du théâtre d'avant-garde de E. F. Burian au tournant des années trente et quarante.

Trois groupes importants d'artistes se sont progressivement formés, apportant un nouveau grand sujet de civilisation dans la vie artistique. Le Groupe 42 s'efforçait de saisir la position de l'homme dans la civilisation moderne qui le transforme en une simple machine, lui ôtant son caractère individuel (František Gross, Kamil Lhoták, Jan Kotík). La vision globale de la destruction a été codifiée dans le programme du Groupe Ra . Sa création était particulièrement liée à la ligne imaginative de l'art tchèque d'avant-guerre avec, par exemple, Václav Tikal, Bohdan Lacina, Josef Istler.

"L'esthétique de l'homme nu" était représentée par le groupe Sept en octobre avec, par exemple, Václav Hejna, Josef Liesler, František Jirousek.

Les amateurs d'art plastique, mais pas seulement, peuvent passer d'agréables moments au Musée tchèque des arts plastiques de Prague, à la Galerie de la ville de Prague ou à la Galerie nationale, également à Prague.

Liens

 
Auteur:
 
Ajoutée: 02.01.2010
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Informations sur la RT
 
 

Le métro de Prague

Le métro de Prague, en tchèque « metro » également, est un moyen de transport très...

 
 
Politique
 
 

Système politique de la République...

Pouvoir législatif, exécutif et judiciaire en République tchèque

 
 
Entreprises en RT
 
 

MOIRA – marque purement tchèque

En République tchèque, la marque Moira est devenue pionnière de la production de lingerie fonctionnelle...

 
 
Entreprises en RT
 
 

Tchéquie – pays de la bière

Les Tchèques sont une nation de buveurs de bière. Ils aiment parler de la bière, et ils aiment encore...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…