HOMEPAGE

Découvrez la RT
 
Informations sur la RT
 
Informations économiques

 

Les Tchèques à l'étranger

 
photo:  (sxc.hu)
 

Près de deux millions de personnes à travers le monde ont des origines tchèques, soit environ un cinquième de la population de la République tchèque (voir ). La plupart ne parle pas tchèque mais toutes ces gens garde au fond d'eux un sentiment d'appartenance à la nation tchèque et avec la culture de leurs ancêtres.

 

L'émigration tchèque peut être divisée en trois groupes, selon les raisons dominantes : l'émigration religieuse, sociale et politique.

La plus ancienne vague d'émigration est due à des raisons religieuses, parce exemple l'exil du clergé catholique de la Bohême hussite, l'exil de Tchèques après la défaite de la Montagne blanche et l'émigration protestante au 18ème siècle en Saxe, en Prusse et enfin aux Etats-Unis où l'église des Frères moraves (Moravian Brethren Church) possède aujourd'hui son centre mondial.

A cause du servage, le déménagement de couches de population plus importantes était pratiquement impossible jusqu'au 18ème siècle. Ce n'est qu'après son abolition qu'a débuté l'émigration sociale qui a pris de plus importantes dimensions au tournant des 18ème et 19ème siècles avec le peuplement des zones frontières balkaniques de la monarchie autrichienne (Banat, Slavonie). A partir de la moitié du 19ème siècle, l'émigration vers les Etats-Unis se poursuit (environ 400 000 personnes d'origine tchécoslovaque y ont émigré jusqu'en 1938), après 1867 en Russie et en Ukraine également. Après que les Etats-Unis ont refermé les portes aux migrants (1921 - 1924), on note une émigration plus intensive vers l'Amérique du Sud (Argentine, Brésil etc.) et en Europe de l'Ouest (France).

La vague d'émigration politique a été inaugurée par les répressions dont furent victimes les révolutionnaires de 1848. Puis, les gens prirent la fuite à cause de Hitler et il y eut quelques migrants sporadiques après la fin de la Seconde guerre mondiale. L'émigration qui suivit le putch communiste de février 1948 fut très importante : rien qu'au cours des deux premières années, la vague de départ a atteint quelque 100 000 personnes. Pendant les années suivantes, partir s'avéra très compliqué, et encore aujourd'hui, les départs n'ont pas encore été suffisamment analysés et évalués, en terme de statistiques et de démographie. Les migrants partirent pour l'Europe de l'Ouest, les Etats-Unis, le Canada, un peu moins en Australie et en Nouvelle Zélande. Après 1968 près de 250 000 personnes (les chiffres exacts manquent aussi) prirent le départ vers ces mêmes pays, l'Afrique du Sud venant se rajouter à la liste ainsi que, dans une moindre mesure, certains Etats sud-américains (comme le Vénézuela). Dans certains cas, les Tchèques et les Slovaques représentaient le principal groupe d'immigrés dans le pays : par exemple au Canada, 19 000 Tchèques et Slovaques émigrèrent en 1969, ou en Suisse, où 14 500 exilés devinrent le troisième plus important groupe d'immigrés après 1945, après les Tibétains et les Hongrois.

La structure sociale et professionnelle des vagues de 1948 et 1968 était différente des autres vagues d'émigration avec une plus grande quantité d'intellectuels et de personnalités politiques importantes dont la plupart avait été persécutée dans leur pays d'origine (menaces d'emprisonnement etc.). Le mécanisme de départ était également différent : la majorité des émigrés passaient par des camps de réfugiés en Allemagne ou en Autriche d'où ils partaient ensuite pour d'autres Etats.

L'émigration actuelle après 1989 n'a pas encore été étudiée et aucunes données précises ne sont à disposition. Les personnes quittant la République tchèque sont surtout des personnes cherchant un travail de manière temporaire dans des pays plus développés économiquement : certains, après s'être forgé une expérience, choisissent de revenir au pays, d'autres se fixent de manière permanente dans le nouveau pays. De nombreux Tchèques travaillent dans des sociétés supranationales et changent de destinations. La Nouvelle-Zélande est devenue un nouveau phénomène de l'émigration classique : de nombreux étudiants tchèques, orientés vers l'écologie et la technologie, sortent de leur grande école et se rendent dans le pays. L'Australie est une autre destination pour les étudiants. Les pays de l'UE, comme la Grande Bretagne et l'Irlande, qui n'ont pas imposé de limites à la venue de main d'œuvre des nouveaux membres sont devenus un important catalysateur de la migration légale des Tchèques.

 
 
Auteur:
 
Ajoutée: 03.02.2010
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Entreprises en RT
 
 

MOIRA – marque purement tchèque

En République tchèque, la marque Moira est devenue pionnière de la production de lingerie fonctionnelle...

 
 
Entreprises en RT
 
 

Tchéquie – pays de la bière

Les Tchèques sont une nation de buveurs de bière. Ils aiment parler de la bière, et ils aiment encore...

 
 
Entreprises en RT
 
 

Porcelaine tchèque réputée

La production de porcelaine bénéficie d’une longue tradition en République tchèque. Tout comme le...

 
 
Entreprises en RT
 
 

Les allumettes de Sušice sont connues...

Les allumettes, emballées dans des boîtes munies d’étiquettes comportant une clé, une pipe, des...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…