HOMEPAGE

Découvrez la RT
 
Style de vie en RT
 
Tradition

 

Les costumes traditionnels

 
photo:  (archiv)
 

Le costume traditionnel est un vêtement typique d'une région. En République tchèque, dans les régions liées à des partages historiques, les costumes des couches populaires ont subi une évolution assez compliquée et le costume populaire peut donc être difficilement classé d'un point de vue purement historique.

 
 

A l'heure actuelle, les costumes traditionnels ne sont plus portés en République tchèque, mais les gens les mettent toujours pour les évènements et fêtes populaires, comme le carnaval ou les banquets. Cette tradition est nettement plus forte dans la partie est du pays, en Moravie.

La région de Blata

Le costume folklorique de Blata est porté dans la région située entre České Budějovice, Tábor, Jindřichův Hradec et Vodňany. Auparavant, on le trouvait jusqu'en Moravie et dans les villages tchèques de l'Autriche. Dans la mesure où la région est grande, il a, certes, un style commun mais les différences sont sensibles, tout particulièrement dans les dessins des broderies.

Le costume folklorique de Blata et, surtout, le costume féminin, est très richement décoré de broderies. Il était typique par ses broderies utilisant des perles et des pièces de monnaie. Le carré de Blata (genre de grand foulard) était l'élément le plus noble du vêtement. Au 17ème siècle il était brodé de noir, puis de rouge et, depuis le début du 19ème siècle, de blanc, complété par des paillettes et des perles. Après 1860-70, on a remplacé la toile par de la mousseline et des incrustations de tulle. Le carré est noué par dessus un bonnet souple en trois parties, et d'où ressort une bande décorée de broderies. Dans la première moitié du 19ème siècle, les chemises étaient richement brodées et, dans la seconde moitié du siècle, on y brodait même des perles. Autour du cou il y avait l'incrustation au-dessus du plastron brodé.

Le costume masculin contrastait avec la riche décoration du costume féminin. Le vêtement était cependant élégant , dans des nuances de vert foncé ou de bleu marine . Les pantalons étaient souvent en cuir de daim jaune , les pieds chaussés de hautes bottes en cuir. Sur la tête, les hommes portaient un haut bonnet de fourrure.

La région de Doudleby

La région de Doudleby est située à l'extrême sud de la Bohême. Au nord, elle voisine avec la région de Blata et, au sud, avec l'Autriche et l'Allemagne. La région tire son nom de celui des habitants de la tribu d'origine, les Doudleb, installés ici aux premiers temps de l'histoire tchèque.

Par son style et par sa simplicité, le costume traditionnel indique que la région de Doudleby était une région pauvre. Il n'était pas richement décoré, il était simple et modeste .

Le costume féminin se composait d'une chemise de dessous , cintrée, servant de support à la chemise avec des manches , accompagnée d'une jupe rouge avec une poche profonde et un grand nombre de jupons. La couleur du bustier s'harmonisait avec la couleur de la jupe et soulignait une taille mince. Un foulard de couleur en soie était posé sur les épaules et chaque femme en était fière.

Le costume masculin se composait d'un pantalon jaune en daim , s'arrêtant aux genoux – les "praštěnky", accompagnés de bas en laine bleue et de chaussures à boucle . Le costume comportait également une veste courte ou longue - "blouson" – et un manteau de fourrure en hiver. Le chapeau "podštok" en poils de cochon était haut comme un haut de forme. La dominante du vêtement – et sa fierté – était une large ceinture , munie d'une boucle fixe sur le devant et décorée d'une fine broderie blanche. Les ceintures n'étaient pas qu'un accessoire décoratif, elles cachaient également de l'argent, surtout quand l'homme était en déplacement.

La région de Haná

De même que les autres régions de la Bohême et de la Moravie, la région de Haná a également son costume typique. Il correspond pleinement au caractère de la région – il est digne mais charmant, le costume masculin peut parfois donner l'impression d'être trop pompeux, même prétentieux, mais il reste très beau. Dans les environs de Hačky, en raison du caractère montagneux du paysage et d'une certaine pauvreté de la population, le costume n'était pas aussi onéreux, il ne faisait qu'imiter le costume de Haná et, d'ailleurs, plus on s'en éloignait, plus le costume était simple, sans la richesse des décorations brodées. Il a d'ailleurs été remplacé rapidement par un vêtement civil ordinaire.

Les costumes masculins s'agrémentaient de différents accessoires . Parmi les plus intéressants, il y a des ceintures fabriquées aux environs de Litovel et décorées par des incrustations de fines pièces métalliques, souvent combinées avec des broderies de fines lanières en cuir multicolore.

Le costume de Haná diffère en fonctions des localités, par exemple par la couleur du pantalon – "gatě", de la chemise ou par la forme du chapeau. Par exemple, l'habitant de la région de Haná du côté de Kroměříž, Holešov et Prostějov porte un large pantalon en cuir de couleur rouge (les slovaco-moraves l'appellent "baně", resserré sous les genoux par une bande avec franges.

Les mollets entre le genou et la cheville sont vêtus de "veličky" en coton, recouvrant d'environ un tiers les chaussures, hautes, brillantes et munies en haut d'une petite rose en laine. La veste est en tissu vert, richement brodée autour des boutonnières, et décorée de boutons brillants (souvent en argent). Autour de la taille, on porte une ceinture en cuir, brodée et large comme la main. Le costume de fête s'accompagne d'un long manteau bleu avec plusieurs cols froncés, complété en hiver d'un manteau de fourrure très long, rouge ou brun, descendant jusqu'aux chevilles. Les hommes de Haná portaient des cheveux longs et se rasaient soigneusement la barbe.

Les femmes mariées ne montraient à personne (même pas à leurs époux) leurs cheveux, ce qui aurait été considéré comme une honte. Le foulard devait entièrement cacher les cheveux. En été et pour travailler, quand le foulard devenait gênant, les femmes posaient sur leurs têtes des bonnets blancs tricotés qu'elles gardaient même sous le foulard pour l'épargner et le garder longtemps propre.

La région de Cheb

Le costume folklorique de la région de Cheb porte des caractéristiques ethniques allemandes, car il s'agissait d'une population fortement représentée dans cette région. Les costumes régionaux se sont stabilisés ici dans un aspect relativement unique, que nous trouverons dans la région de la Šumava ou dans les Monts Métallifères. 

Dans le costume folklorique de la région de Cheb, la couleur noire domine aussi bien chez les femmes que chez les hommes . Certaines parties du costume sont cousues dans le brocart ou dans la soie . Les femmes portaient des corselets en velours, très travaillés et un foulard sur la poitrine. La façon de nouer le foulard était typique du costume folklorique de la région de Cheb : dans la nuque et en couronne au-dessus du front.

Une autre particularité était le port de bijoux en argent , qui faisaient partie du costume. Ce type de costume était porté non seulement dans la région de Cheb, mais aussi dans toute la région des Monts Métallifères. Du côté de Karlovy Vary, aux alentours de Žlutice ou de Teplá et dans d'autres endroits de la région frontalière Ouest, le costume féminin se distinguait par des chapeaux dorés ou argentés avec des rubans dans la nuque .

La région de Chodsko

La région de Chodsko est la seule région de la Bohême où le costume populaire s'est maintenu jusqu'à ce jour . La forme typique du costume folklorique de Chodsko est le costume de fête des années 1860 et 1870, avec quelques menues modifications. Aujourd'hui, il n'est réservé qu'aux occasions exceptionnelles et reste concentré à proximité de la ville de Domažlice et de Postřekov.

Depuis les années 1830, l'évolution du costume folklorique de Chodsko a pris trois directions différentes  : le costume de la vallée, celui de la montagne et, en troisième lieu, le costume de Staňkov, moins connu. Le costume de la vallée , porté dans les villages des environs de Domažlice (Mrákov, Klíčov, Tlumačov, Stráž, Újezd, Draženov, Pocinovice et Lhota), était plus riche et la silhouette du costume était orientée au-dessus de la ceinture. Le costume des villages de la montagne , typique pour les communes aux environs de Postřekov, avait une forme plus simple et s'orientait sur la ceinture. Globalement, il avait un style plus archaïque. Aux côtés de ces deux types de costume, il y avait le troisième, le costume de Staňkov. Celui-ci reprenait cependant les éléments de la mode urbaine de la région voisine de Klatovy et de Chotěšov.

La forme festive du costume populaire de la seconde moitié du 19ème siècle a probablement été conservée même au sein des ensembles folkloriques qui présentent les coutumes populaires de la région de Chodsko et son folklore à l'occasion des différentes fêtes. Au château de Chodsko à Domažlice se trouve une exposition permanente qui présente également une composition figurative d'un mariage de la région.

La région de Silésie-Opava

Le costume d'Opava conserve un style d'habillement influencé par la mode bourgeoise du 19ème siècle et présente certains traits communs avec les régions prospères de la Bohême. Dans la région d'Opava, le costume traditionnel n'a été porté que jusqu'à la moitié du 19ème siècle environ .

Les costumes féminins avaient le style général de leur époque. Ce sont les chapeaux qui sortaient de l'ordinaire. D'une part blancs, finement brodés sur le fond, bordés de dentelle de Valenciennes et d'autre part, décorés d'une broderie plus compliquée avec un grand nombre de paillettes dorées et de perles en verre. Un autre type de chapeau magnifique était en soie de couleur et en velours avec un fond brodé et bordé d'une dentelle dorée et de fourrure de lapin grise. Le chapeau a la forme du chaperon médiéval avec des oreillettes allongées et de longs rubans. Les rubans silésiens sont caractérisés par leur largeur et leur dessin fin, ils s'harmonisent avec le style du costume. Ils étaient noués autour du chapeau, autour de la taille – avec le nœud placé devant – et représentaient souvent la décoration dominante du costume.

Les hommes ont rapidement adopté rapidement le costume sombre de l'époque, avec un pantalon long , souvent fourré dans les bottes, une chemise blanche, des vestes et des gilets avec des boutons métalliques et des chapeaux d'époque, comme par exemple des hauts de forme et des foulards en soie de couleur foncée autour du cou.

La région de Plzeň

La région du costume de Plzeň représente environ 30 villages et nous pouvons la limiter par les points suivants : au nord, par Ledec et Záluží, à l'est par Dejšiná et le village assez éloigné d'Ejpovice, au sud par Plzenec et Outušice, à l'ouest par Vejprnice et Křimice. L'influence du costume populaire était forte même dans la ville de Plzeň où il était beaucoup porté ainsi que dans sa banlieue.

Le caractère du costume de Plzeň est très précisément défini et ne subit pas l'effet des costumes des régions limitrophes, phénomène que nous rencontrons souvent dans les autres régions. Dans la mesure où sa propre région n'est pas très étendue, il ne démontre pas de variations notables et si de telles variations existent, de village en village, elles sont pratiquement invisibles.

L'originalité du costume traditionnel féminin de Plzeň consiste essentiellement dans la largeur incroyable de la jupe que les femmes obtenaient par un nombre de jupons jamais vu ailleurs. Si les autres costumes comprenaient 5 à 6 jupons au maximum, ici, ce n'était qu'un commencement, dans la mesure où la femme coquette avait besoin, les jours de fête, de 12 à 15, parfois même de 24 jupons. Il n'est donc pas étonnant que la femme les allégeait, dans la mesure que supporter un tel poids demandait, même pour une campagnarde vigoureuse, un certain effort. Le costume féminin de Pilsen avait peu de broderies – à l'exception du bonnet et des ailes qui l'accompagnaient, faites de rubans. Il y avait aussi de minces rubans sur le tablier. Pour les jours de fête, les femmes portaient encore un voile et, relativement rarement, des tabliers blancs brodés .

Il n'y avait donc pas beaucoup de broderies, mais en revanche, il s'agit des plus belles broderies populaires . Les broderies décorant les corsages et les vestes en toile blanche sont relativement simples et peu voyantes et elles restent donc loin derrière les superbes broderies blanches. La chemise avait des manches bouffantes de taille moyenne, resserrées sous le coude dans une bande tissée qui ourlait également le décolleté. Sur la poitrine, on posait un petit foulard en soie dont les pointes étaient glissées sous le corsage . On portait des bas rouges et des escarpins à talon avec un ruban vert noué au-dessus. Ils ont été ensuite remplacés par des bottines en velours, bordées de cuir verni.

Le costume masculin aussi est sobre. Les pièces supérieures étaient cousues dans un drap bleu de bonne qualité, et bordées de rouge. Toutes les pièces ont des boutons en cuivre brillant . Le pantalon clair en daim était souvent décoré d'ornements. Les bottes étaient hautes, dures et montaient jusqu'aux genoux. On portait également de souples cuissardes.

Comme couvre-chef, les célibataires et les hommes mariés portaient, dans des occasions moins solennelles, des bonnets de fourrure. Le fond était le plus souvent en velours rouge avec une étoile faite de lacet doré croisé six fois et maintenu, au centre, par une frange. Les jours de fête, les hommes portaient des chapeaux noirs, bas et légèrement tassés avec un ruban noir sur le pourtour. Le bord était plus large et droit. De l'intérieur sortaient des rubans en soie, à l'aide desquels le chapeau était maintenu sous le menton.

La région de Prácheňsko

La région de Prácheňsko recouvrait une grande partie de la Bohême du Sud. Les principaux centres étaient les villes ancestrales de Písek, Strakonice, Volary et Milevsko. Du point de vue du costume traditionnel, la région n'est ni particulièrement uniforme ni très expressive.

Le costume féminin de Prácheňsko présentait un aspect très sérieux et calme, se distinguait par des motifs végétaux brodés de couleur blanche, avec des fleurs remplies de fins filets cousus. Les jours de fête, les femmes portaient des jupes blanches et brodées qui atteignaient la mi-mollet, larges et froncées à la taille. La jupe blanche était complétée par un tablier en soie , brun, violet, rouge, parfois même de couleur changeante, allant jusqu'au bord de la jupe. Avec les jupes de couleur, on portait des tabliers blancs. Le décolleté était entouré de broderie. Sur les épaules, les femmes portaient un foulard en soie dont les pointes étaient glissées sous le corsage . Les cheveux étaient partagés par une raie et peignés vers les oreilles. Sur le front, elles portaient un fin ruban de velours noir. Sur la tête, elles nouaient un foulard, attaché sous le menton.

Les hommes portaient des pantalons en cuir , appelés brslenky. Ils chaussaient des bas de laine et de hautes bottes . Les chemises de fête avaient des manches longues et larges, froncées aux épaules, allant jusqu'aux poignets, le col et les manchettes étaient brodés de fil noir. Un foulard de soie était noué sous le col. Les hommes ne portaient jamais de rubans autour du cou. La veste était courte, jusqu'à la taille, bordée d'un passepoil rouge devant et autour du cou. Devant, elle avait deux rangées de boutons brillants . Après le mariage, l'homme portait un long manteau à basques , qui s'ouvrait en marchant. Sur la tête, les hommes portaient un chapeau, un calot de loutre ou un bonnet rond en peau de mouton. Les hommes plus âgés portaient en hiver de courts manteaux de fourrure en peau de mouton , bordés de fourrure de mouton noir. Les coutures étaient décorées de fils de couleur , certains avaient une fleur brodée dans le dos, le plus souvent il s'agissait d'une tulipe. Avec le manteau de fourrure, ils portaient un bonnet de fourrure.

La région de Slovácko – Dolňácko, Horňácko

La région de Slovácko (Moravie slovaque) est le nom donné à une région hétérogène, au développement historique complexe, couvrant une bonne partie de la Moravie du Sud-est.

Dans cette région, le costume a été conservé – sur un territoire relativement grand – plus longtemps qu'ailleurs en République tchèque . Jusqu'à nos jours, les gens le mettent encore souvent, surtout les femmes âgées et les jeunes . Les vieux portent même un costume simplifié pour tous les jours, qui se distingue surtout par la silhouette et la composition, c'est-à-dire un vêtement avec une jupe courte et large, un tablier, un gilet et un fichu sur la tête, avec différentes modifications.

Les jeunes, filles et garçons, ne portent le costume qu'un nombre limité de fois dans l'année , par exemple à la période des fêtes, mais il s'agit d'un costume plus riche, plus décorée.

La région de Tábor

Dans la région de Tábor, on portait un costume appelé "kozácký" qui était, aux côtés des costumes de Blata et de Doudleby, l'un des trois costumes les plus connus dans le Sud de la Bohême. L'origine du nom étrange de "kozácký" que porte le costume de la région de Tábor est inconnue. Peut-être que la pointe sur la veste masculine rappelle la queue d'une chèvre (koza en tchèque) et les pointes dures sur le papillon du fichu rappellent les cornes de la chèvre. Peut-être aussi que l'appellation "kozí" est fréquente dans la région de Tábor (Kozí Hrádek, Kozský ou Kozí potok etc.). Les ethnographes de Tábor, les époux Puk, pensaient que c'est sans doute la pauvreté de la région, où on élevait plus de chèvres que de vaches, qui peut être à l'origine de ces noms. L'appellation "kozáci" était péjorative.

Le costume féminin se distinguait par la richesse des broderies fleuries . Le plus souvent, on brodait sur des toiles de coton, dans la mesure où le tissu était plus souple et la tenue des fils plus durable. La toile de lin casse plus vite et les incrustations tombent. La fine toile de lin n'était utilisée que sur le domaine de Harrachov, et ce pour les tabliers. Les tabliers étaient rassemblés sur le devant. Toute la surface était décorée de fleurs (parfois jusqu'à huit catégories). Les bas étaient blancs et on chaussait des escarpins noirs avec nervures et boutons. Les jeunes filles portaient des costumes qui se distinguaient par la blancheur et des rubans de couleur. Les femmes mariées portaient des couleurs plus paisibles et neutres.

Le costume masculin était simple. La chemise était en toile fine, sans broderies. Elle ne portait que quelques nervures sur le devant. Sous le col simple, on nouait un foulard en soie. La veste était de coupe simple, fermée par une rangée de boutons métalliques . Le gilet était cintré, sans ornements, juste avec une pointe dans le dos qui incitait effectivement à donner le nom de "kozák". Le manteau long avait le haut bien cintré jusqu'à la taille, un col haut et de petites épaulettes, les manches étaient larges dans l'emmanchure et étroites au poignet. Le tissu était de couleur bleue ou brune. Le pantalon étroit était en cuir (appelé "práštěnky"), serré sous le genou par des lanières. Les bas étaient blancs ou bleus et les chaussures basses étaient remplacées par des bottes.

La région de Valaquie

Les costumes de Valaquie, à quelques exceptions près, ont totalement disparu et nous ne pouvons les voir désormais que dans les musées, lors des cérémonies ethnographiques ou chez quelques danseurs d'ensembles folkloriques.

Le costume traditionnel de Valaquie se compose d'un manteau de fourrure , d'une chemise , d'un pantalon étroit , de sandales en cuir et d'un chapeau . Pour les femmes, le costume se compose d'une jupe froncée en grosse toile blanche, accompagnée d'un tablier noir sur le devant, d'un corsage avec de larges manches et d'un foulard blanc brodé .

 
Auteur:
 
Ajoutée: 01.01.2010
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Coutumes et traditions
 
 

Vin nouveau – Svatomartinské víno...

Tous les ans, le jour de la fête de Saint Martin, à savoir le 11 novembre, on ouvre à 11 heures précise...

 
 
Tradition
 
 

Saint Martin et sa tradition

Oie dorée à point et vin nouveau de la Saint Martin. Ni l’un ni l’autre ne peuvent faire...

 
 
Tradition
 
 

Célébrations de l’arrivée de la...

La Saint-Sylvestre, dernier jour de l’année, est un jour ouvrable en République tchèque. Ainsi, les...

 
 
Tradition
 
 

Fêtes de la Saint Martin et du vin...

Les fêtes de la Saint Martin, symbolisées aujourd’hui en République tchèque par la première...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…