HOMEPAGE

Culture

 

Květa Fialová rejoint les étoiles

 
photo:  (radio.cz)
 

Grande figure du cinéma et du théâtre tchèque des cinquante dernières années, Květa Fialová est décédée mardi à Prague. L’actrice était âgée de 88 ans.

 
 

Anecdotique mais pas surprenant : une des plus grandes actrices tchèques est née en Slovaquie. Květa Fialová en effet vu le jour dans le petit village de Velké Dravce, le 1er septembre 1929, dans l’actuelle Slovaquie. Elle y a passé une enfance paisible avec une mère artiste et un père ancien membre des Légions tchécoslovaques, qui réunissaient pendant la Première Guerre mondiale les volontaires tchèques et slovaques prêts à combattre du côté des puissances militaires alliées de la Triple-Entente.

La famille de Květa n’échappe hélas pas aux malheurs de la guerre, la deuxième cette fois. Agée d’à peine seize ans à l’époque, Květa est violée par deux soldats russes en mai 1945. Le trauma laissé par ce crime l’incite à quitter la Slovaquie pour s’installer en Moravie. Elle intègre l’Académie Janáček des arts musicaux en 1946 et obtient son diplôme en 1950. La jeune fille s’installe alors successivement à Brno, Opava, puis České Budějovice, mais c’est à Prague que sa carrière commence réellement lorsqu’elle intègre, en 1958, le Théâtre ABC et touche une audience plus large.

Si Květa Fialová avait déjà participé à des films dès 1949, c’est en 1964 que sa popularité devient nationale avec Joe Limonade, un ‘western rouge’ d’Oldřich Lipský dans lequel elle joue Tornado Lou, une chanteuse de saloon. Un rôle qui lui laissera un surnom emblématique : la renarde de l’Arizona.

Durant une carrière parmi les plus prolifiques du cinéma tchèque, Květa Fialová a joué dans plus de cent-vingt films, parmi lesquels quelques chefs-d’œuvre comme Trains étroitement surveillés (1966), Adèle n’a pas encore dîné (1977), ou encore De belles années de galère (1997).

Chanteuse, actrice et comédienne, Květa Fialová partage sa vie successivement avec le dramaturge Jiří Josek, puis avec le réalisateur Pavel Háša avec qui elle aura une fille, Zuzana. Květa Fialová avait reçu le Prix Thalie de la meilleure actrice en 2011 pour l’ensemble de sa carrière. Sa philosophie peut se résumer au titre de sa biographie : ‘Pire c’est, mieux c’est’. Elle répétait souvent qu’il ne fallait pas « se moquer du destin » et qu’il fallait appréhender la vie avec humilité et bon vouloir. Spirituelle et influencée par sa mère, l’actrice s’était convertie au bouddhisme dans sa jeunesse.

Une grande dame du cinéma tchèque donc, que le public français a même pu apercevoir dans un épisode de la série ‘Joséphine, ange gardien’.

 
Auteur: Český rozhlas Radio Praha
 
Ajoutée: 27.09.2017
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Culture
 
 

A Bordeaux, une exposition met en...

Jusqu’au 6 mai prochain, le Musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux propose une exposition...

 
 
Culture
 
 

Une nouvelle pépite du cinéma d...

Le public français a la chance inouïe de pouvoir découvrir depuis mercredi dernier dans les salles de...

 
 
Culture
 
 

A Berlin, le réalisateur tchèque Jiří...

Ce jeudi soir sera donné le coup d’envoi de la 68e Berlinale, qui s’achèvera le 25 février prochain...

 
 
Culture
 
 

Michael Pospíšil, trente ans de vie...

Ancien directeur du Centre tchèque à Paris, Michael Pospíšil est actuellement à l’honneur à l’Institut...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…