Nouvelles
 
Faits et événements

 

Les acteurs de doublage réclament de meilleures conditions de travail

 
photo:  (radio.cz)
 

Comme en France, la tradition du doublage des films et séries à la télévision est bien ancrée en République tchèque. Seulement, les acteurs dont c’est la spécialité se plaignent de leurs conditions de travail. Et 157 d’entre eux ont donc décidé de confier le soin à une agence de travail temporaire de défendre leurs droits face aux pratiques des studios de cinéma afin, notamment, de leur assurer de meilleurs salaires.

 
 

Célèbre comédien tchèque, Miroslav Donutil est également le doubleur attitré de Gérard Depardieu, auquel il prête sa voix par exemple dans le Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau, avec plus ou moins de succès. Parmi les professionnels du doublage connus voire reconnus, on trouve encore František Filipovský, alias Louis de Funès, ou bien Jiří Bruder, disparu mardi 10 juin à l’âge de 86 ans et dont les cordes vocales ont notamment servi Bourvil. Aux côtés de ces géants du doublage tchèque, une multitude de comédiens pratiquent leur art dans des conditions bien plus difficiles. Michal Dlouhý, l’un des acteurs de doublage frondeurs, illustre ce constat :

« Un de nos collègues a arrêté cette activité. Il travaillait manifestement rapidement et la productrice est venue le voir et lui a parlé ainsi : ‘Dis donc tu as travaillé bien vite, je ne peux pas te donner le salaire dont nous avions convenu. Je dois te donner moins’. Pour lui, c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. C’est comme cela qu’ils nous traitent. »

Les acteurs de doublage sont en effet payés à l’heure, et non pas à la longueur du texte qu’ils doivent déclamer, ainsi qu’ils le réclament. Les studios ont donc intérêt à les garder le moins longtemps possible dans leurs pattes, ce qui a un effet sur la qualité de leur travail. Aussi, 157 professionnels, sur les 222 réunis par l’Association des acteurs, ont pris la décision de se faire représenter par l’agence ManPowerGroup, en négociations avec les producteurs de doublage depuis le début de l’année.

La plupart des producteurs ne sont évidemment pas très contents de la perspective de disposer d’une main d’œuvre moins corvéable et ont fait savoir que cela n’entraîneraient que des complications et la possible mise à l’écart de ces acteurs. Ce n’est pas le cas cependant de tous les studios, qui pour certains respectent déjà des normes de travail plus élevées. Et pour le réalisateur Jiří Balcárek, l’initiative des acteurs de doublage n’est de toute façon pas forcément pertinente :

« Je pense que des conditions de travail précises ont déjà été fixées il y a quelques années. Il me semble qu’il s’agit d’une forme de pression qui ne résout pas vraiment les choses. Il faudrait plutôt prendre le problème à la racine au niveau des personnes qui fournissent ce travail et cela devrait se résoudre avec des droits d’auteur. »

Mais depuis l’automne dernier, c’est la raison d’être même du doublage qui est débattu en République tchèque, où le niveau en anglais ne serait pas glorieux selon le journal Mladá fronta Dnes. Outre le fait qu’il donne à voir une œuvre en partie tronquée, le doublage serait un frein à l’apprentissage des langues étrangères. Ce sont des étudiants et des lycéens qui ont alors surgi sur la scène publique pour réclamer que la Télévision tchèque propose plus de programmes sous-titrés. Jan Papajanovský, lycéen dans un établissement de la ville de Děčín, expliquait :

« L’intérêt des versions sous-titrées est d’être en contact quotidien avec des langues étrangères. Cela permet, quand on se retrouve dans une situation où il faut parler dans une langue étrangère ou l’écouter, de disposer d’une meilleure confiance en soi, d’un meilleur accent et ainsi de suite… »

A l’exception de la nouvelle chaîne de la télévision publique ČT Art, il est rare de pouvoir regarder des programmes sous-titrés sur le petit écran. Mais pour Zdeněk Hruška, de l’Association des acteurs, un grand nombre de personnes ont toujours besoin du doublage, qui ne serait selon lui pas près de disparaître. La mobilisation des professionnels du secteur l’illustre bien.

 
Auteur: Český rozhlas Radio Praha
 
Ajoutée: 18.06.2014
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Faits et événements
 
 

Copies à revoir pour les candidats à...

Les résultats ne sont pas bons cette année pour la maturita, l’équivalent du diplôme du baccalauréat en...

 
 
Faits et événements
 
 

Bière : une taxe moindre pour plus de...

Le ministère de l'Agriculture envisage de réduire le montant de la taxe sur la consommation de la bière...

 
 
Faits et événements
 
 

Comment les Tchèques trient-t-ils les...

L’histoire de la courageuse institutrice en maternelle qui a risqué sa vie pour sauver deux garçons...

 
 
Faits et événements
 
 

Loi sur la consommation...

C’est une petite révolution qui vient de se produire dans le domaine du droit de la consommation. La loi...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…

Les produits et marques tchèques traditionnels

La production industrielle tchèque a une riche tradition et ses produits sont…

Les produits et marques tchèques traditionnels

La production industrielle tchèque a une riche tradition et ses produits sont…

 
 

Facebook