Nouvelles
 
Panorama

 

Zdrojovna : la première ressourcerie tchèque

 
photo:  (radio.cz)
 

Collecte, valorisation et redistribution : le concept des ressourceries existe désormais aussi en République tchèque. Appelée Zdrojovna et directement inspirée par le modèle français, la première ressourcerie a été fondée il y a quelques mois à Prague. Tereza Klenorová est l’une de ses fondatrices ; au micro de Radio Prague, elle en a dit plus sur ce projet qui veut mêler récupération d’objets en tous genres et travail social.

 
 

Tereza Klenorová: « Ici, on se trouve au 125 de la rue Radlická. Nos amis veulent faire de ce bâtiment désaffecté une salle de sport et de culture. Ils le louent pour des concerts ou des ateliers, comme les ateliers de la ressourcerie. »

Radio Prague: Quel est l'événement organisé aujourd’hui ?

« Aujourd’hui c’est la première journée de la collecte. Nous attendons que les gens amènent des objets dont ils ne veulent plus mais qu’ils ne veulent pas non plus jeter à la poubelle. »

Comment faites-vous la promotion ; comment les gens sont mis au courant ?

« En fait on a commencé à travailler sur ce projet en novembre 2013 et tout passe par les réseaux sociaux, on n’a pas encore de site officiel de notre projet mais les gens communiquent avec nous sur Facebook, c’est le moyen le plus efficace. »

On peut tout vous amener ?

« Non, c’est peut-être un paradoxe mais on ne peut pas prendre des livres par exemple. On préfère les objets qu’on peut réutiliser, réemployer. On a découvert qu’en République tchèque, ce qui était le plus mis à la poubelle ce sont les meubles. Du coup, on attend surtout des chaises, des tables, des petits meubles ou de la vaisselle. »

Ce concept appelé Zdrojovna en tchèque est directement inspiré de la France, c’est ça ?

« Oui, j’ai passé neuf mois à Bordeaux où j’ai fait des études de psychologie, et en rentrant à Prague j’ai réalisé que la ressourcerie n’existait pas ici. Il y a la possibilité de mettre ses vieux meubles dans des centres de ramassage, mais le problème est que tous les objets qui arrivent dans ces centres sont détruits. Je n’aime pas cette logique et l’idée que des choses qui peuvent être réutilisés et servir aux gens sans beaucoup de moyens soient détruites. Du coup je me suis dit que ce serait bien d’avoir un centre de réutilisation et de réemploi, qui permet aussi de réduire la production de déchets. »

C’est un concept qui marche bien à Bordeaux ?

« En fait je n’ai jamais visité, mais je sais qu’il y a au moins deux ressourceries là-bas. Mais je me suis beaucoup inspirée d’Emmaüs, où j’avais acheté beaucoup de choses. Cela dit on ne veut pas fonctionner comme Emmaüs, qui est une œuvre caritative… »

… et qui ne voit peut-être pas forcément d’un bon œil la multiplication des ressourceries en France… En tout cas la vôtre est la première ressourcerie en République tchèque et apparemment ça a l’air d’intéresser les jeunes Pragois.

« Oui, les jeunes de notre âge sont très intéressés par cette idée. Mais on étudie le travail social et on aimerait bien toucher les gens plus âgés et des gens de milieux défavorisés. On envisage de monter une entreprise sociale et d’ici un an pouvoir embaucher des personnes sans-emploi pour les aider à se réinsérer. »

C’est ce que comprend, je crois, le concept des ressourceries en France avec des formations et une filière professionnelle.

« Oui, à Paris par exemple il y a une ressourcerie assez grande où travaillent des gens défavorisés qui retapent les meubles dans les ateliers et peuvent les revendre après. Du coup c’est aussi un peu notre objectif ici à Prague de fonctionner comme ça. »

Comment s’est passé le premier atelier que vous avez organisé ?

« C’était le 9 mars dernier ici même, à Radlická 125 et on a été très surpris par le nombre de personnes qui sont venues. Environ 200 personnes, un dimanche sous le soleil, et tout le monde a travaillé. Construire et créer quelque chose ensemble pour avoir des meubles originaux chez soi est une réelle motivation pour les gens et cela nous encourage à continuer. »

Qu’avez-vous construit à partir de quoi pendant ce premier atelier ?

« On a par exemple construit un bar à partir de skis, divers plaques de bois et autres ampoules. Des gens qui ne se connaissaient pas se sont regroupés pour faire ensemble ce petit bar, c’était super à voir. »

Pour ceux qui sont à Prague ou qui y seront de passage, quand sera organisé le prochain atelier de la Zdrojovna ?

« Le 27 avril, ça commence à 13h et on attend des gens de partout ! »

Est-ce difficile de créer une entreprise solidaire en République tchèque ?

« Oui, l’économie sociale et solidaire est quelque chose dont on commence seulement à parler ici. Certaines sociétés commencent à s’impliquer, mais l’Etat a du retard et il n’y a pas de cadre légal dans ce domaine. Pour notre ressourcerie le plus grand problème est de trouver des finances, du coup on travaille avec du crowdfunding, cette forme de collecte d’argent sur des sites internet spécialisés. On a aussi des contacts avec des sociétés qui pourraient nous aider et on est aussi qualifié pour le deuxième tour d’un concours Social Impact Award, pour les projets qui veulent avoir un impact écologique ou social. Il y a 3000 euros à gagner et ça pourrait beaucoup nous aider à développer le projet ! »

Est-ce envisageable d’intéresser les collectivités locales, par exemple la mairie de Prague ou les mairies d’arrondissement ?

« Oui on aimerait bien coopérer avec la ville. Ce bâtiment ici où nous faisons les ateliers n’est pas à nous et ce n’est pas ici qu’on pourra entreposer nos objets à l’avenir. Du coup nous recherchons un local et on espère avoir un rendez-vous avec le maire de Prague le mois prochain. »

Combien de personnes travaillent en tout sur votre projet ?

« Nous sommes quatre à travailler sur l’organisation des ateliers et le financement et puis il y a ceux qui savent travailler les meubles, sur le bois et différentes matières. On est sept en tout pour l’instant. »

 
Auteur: Český rozhlas Radio Praha
 
Ajoutée: 23.04.2014
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Panorama
 
 

Regard linguistique sur deux musiques...

Doctorante en linguistique entre l’Université Paris Diderot Paris 7 et l’Université Charles de Prague...

 
 
Panorama
 
 

Conversation tchèque avec Noam...

Linguiste et philosophe de stature internationale, Noam Chomsky s’est rendu début juin pour la première...

 
 
Panorama
 
 

Environnement : Ostrava, point noir...

« Le cœur d’acier de la République » : c’est ainsi que, sous le communisme, était appelée Ostrava. Malgré...

 
 
Panorama
 
 

Pro-Contact : une aide tchèque pour...

La Guinée est le premier pays à avoir obtenu l’indépendance de la France en 1958. Si une longue histoire...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…

Les produits et marques tchèques traditionnels

La production industrielle tchèque a une riche tradition et ses produits sont…

Les produits et marques tchèques traditionnels

La production industrielle tchèque a une riche tradition et ses produits sont…

 
 

Facebook