Nouvelles
 
Pays du tourisme

 

Klokoty, un lieu de pèlerinage dans la banlieue de Tábor

 
photo:  (Couvent baroque de Klokoty, photo: Barbora Kmentová)
 

A une centaine de kilomètres au sud de Prague, dans la banlieue de la ville hussite de Tábor, se trouve Klokoty : un lieu de pèlerinage voué au culte de la Vierge Marie. Son couvent baroque est aujourd'hui le premier centre de l'ordre français des Oblats en République tchèque. Au XVe siècle, Klokoty a été un lieu de refuge pour les Picards, comme on appelait les hérétiques venus de Picardie qui constituèrent l'aile radicale du mouvement hussite. En cette Semaine sainte, Klokoty est la destination de ce magazine touristique de Radio Prague.

 
 

Situé sur un promontoire au-dessus du méandre de la rivière Lužnice, le couvent de Klokoty interpelle les visiteurs par ses imposantes coupoles baroques. La monumentalité du lieu est accentuée par le cloître qui l'encercle. Une allée de tilleuls borde le chemin de croix reliant Klokoty à l'ancien château fort gothique de Kotnov dans le centre de Tábor. L'existence d'une petite église de pèlerinage est mentionnée à Klokoty depuis le XIIIe siècle, raconte Hana Koukalová, assistante des pasteurs au couvent :

« Les origines du lieu de pèlerinage remontent au XIIIe siècle. Une ancienne chronique retrouvée au XIXe siècle, période de l'Eveil national, décrit la légende relative aux apparitions de la Vierge Marie d'abord aux pasteurs, puis à la population locale. Pour les pèlerins qui ont alors commencé à s'y rendre, une petite église a été construite, prétendument à une distance de mille pas à l'est de la chapelle qui marque l'endroit des apparitions mariales et d’où jaillit une source d'eau aux effets bénéfiques. »

Durant les guerres hussites, la pratique du culte marial est interrompue et la chapelle incendiée. Après la mort du réformateur de l'Eglise Jan Hus, Klokoty devient un lieu de rassemblement pour les membres de la secte chrétienne radicale des adamites appelés plus tard Picards. Ceux-ci sont arrivés en Bohême depuis la Picardie avec le prêtre Adam de Rohan. Au fur et à mesure, la pratique du Libre-Esprit par les Picards, qui vivent dans une sorte d'innocence originelle, rejetant le mariage et l'usage des vêtements, suscitent l'hostilité des taborites. Ainsi, en 1421, Jan Žižka, chef militaire des troupes taborites, soumet une cinquantaine d'adamites au supplice du feu dans la paroisse de Klokoty. L'événement est rappelé par un monument d'intolérance hussite : une plaque encastrée dans le gazon et portant l'inscription « Les Picards de Tábor 1421-1996. »

Klokoty est un endroit bucolique, mais il n'en a pas toujours été ainsi par le passé : en 1477, les troupes prussiennes ont envahi Klokoty et pillé l'église de pèlerinage. En 1950, les religieux ont été déportés, le couvent servant alors de foyer pour les retraités. La congrégation des Oblats est installée à Klokoty depuis le milieu des années 1990, développe Hana Koukalová :

« La congrégation vient de France. Elle a été fondée par saint Eugène de Mazenod, prêtre français de Marseille. Etabli originellement afin de revivifier l'Eglise après la Révolution française, l'ordre compte aujourd'hui près de 7 000 missionnaires Oblats dans de nombreux pays du monde. Quant à la province tchèque des Oblats de Marie Immaculée, elle a repris ses activités après la Révolution de velours grâce à Zdeněk Čížkovský, qui, en fuyant le communisme, s'est rendu jusqu'en Afrique, où il est devenu missionnaire. Il est arrivé à Klokoty en 1994. Le prêtre charismatique a alors amené huit jeunes Tchèques à la congrégation. Mais plus tard, il a fallu qu'ils se séparent : trois sont restés à Klokoty, deux autres sont partis à Kroměříž, en Moravie, et les trois derniers se sont installés à Plasy, près de Plzeň. Depuis la création de la province centre-européenne réunissant la Tchéquie, l'Allemagne et l'Autriche, les Oblats s'entraident sans tenir compte des frontières, c'est le cas par exemple du père Charles qui est Autrichien. »

En nous souhaitant la bienvenue à Klokoty, le père Charles raconte que sur le chemin, nous avons pu voir la statue du fondateur de la congrégation, Eugène de Mazenod, qui a vécu au XIXe siècle. L'auteur de la statue est un moine italien franciscain.

Les frères Oblats poursuivent la restauration systématique du couvent. Un nouveau carillon retentira bientôt dans la tour de l'église de l'Assomption de la Vierge Marie.

C’est en 1701 que les bénédictins commencent la construction d'un lieu de pèlerinage à Klokoty. Les travaux financés par des mécènes des milieux aristocratiques et des commerçants de Tábor durent jusqu’en 1730. L'église même, dont la réalisation est inspirée de l'œuvre du grand architecte baroque Jan Santini, a été achevée dès 1710. Au fur et à mesure, un ensemble impressionnant a vu le jour sur un plan en forme de double croix, avec des galeries aux arcades et le cloître ouvert sur le jardin. Dans les coins se trouvent quatre chapelles dont les tours sont coiffées des clochers à bulbe.

L'intérieur de l'église conventuelle est décoré de tableaux et de statues des saints Cyrille et Méthode, de sainte Agnès et d'autres encore. S’y trouve également la copie de la fameuse statuette de l'Enfant Jésus, dont l'original est exposé à l'église praguoise de Notre-Dame-de-la-Victoire. Parmi les toiles, la plus précieuse est celle représentant la Vierge Marie de Klokoty. Ce tableau est plus ancien que l'église elle-même : il a été réalisé en 1622 par le peintre praguois Andreas Burger, et comme l'observe Hana Koukalová, un autre visage, plus ancien, de la Sainte Vierge a été découvert lors des travaux de restauration :

« Les conservateurs de České Budějovice ont découvert, grâce à la méthode de réflectographie infrarouge, une couche datant de 1636 cachée sous la peinture finale. Cette découverte a cependant été une déception pour eux, car ils espéraient retrouver la représentation originale de la Vierge Marie, œuvre d’un peintre inconnu au XIIIe siècle. Sur cette couche de 1636, la Vierge Marie ressemble aux représentations de la Vierge aux épis, encore jeune. Ce genre de représentations, dont la première connue est localisée à Milan d'avant 1387, sont assez rares et n'apparaissent pas souvent en Bohême. Au XIXe siècle, le tableau a été modifié et la Vierge Marie est alors représentée selon les canons de beauté de l’époque. »

Klokoty est aujourd’hui redécouvert par les touristes après des années de fermeture. Des pèlerinages y ont lieu le 15 août, jour de la célébration de l'Assomption. On peut venir à Klokoty pour écouter une conférence, participer à un programme spirituel ou tout simplement s’y reposer un peu. Le chemin de croix est parcouru par de nombreux visiteurs. Ses quatorze stations avec des polychromies du peintre de Tábor Antonín Hala mènent vers la chapelle de Saint-Jean-Népomucène, on passe à côté du Calvaire et on continue par l’allée de tilleuls vers la chapelle marquant l'endroit de l'apparition de la Vierge, qui est à l'origine de ce lieu de pèlerinage. Le complexe baroque de Klokoty est accessible au public d'avril à octobre.

 
Auteur: Český rozhlas Radio Praha
 
Ajoutée: 23.04.2014
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Pays du tourisme
 
 

« Střelák » et « Štvanice » - deux...

La rivière de la Vltava compte au total onze îles à Prague, des îles qui ont marqué, tout au long de leur...

 
 
Pays du tourisme
 
 

Sur le sentier de Bohumil Hrabal à...

Direction, aujourd'hui Kersko : un endroit de villégiature à 25 km à l'est de Prague rendu célèbre par...

 
 
Pays du tourisme
 
 

Un rêve tchèque : le tour du monde en...

Au mois de juin dernier, le journaliste, motocycliste et enduriste tchèque Pavel Suchý a décidé de...

 
 
Pays du tourisme
 
 

Klokoty, un lieu de pèlerinage dans...

A une centaine de kilomètres au sud de Prague, dans la banlieue de la ville hussite de Tábor, se trouve...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…

Les produits et marques tchèques traditionnels

La production industrielle tchèque a une riche tradition et ses produits sont…

Les produits et marques tchèques traditionnels

La production industrielle tchèque a une riche tradition et ses produits sont…

 
 

Facebook