HOMEPAGE

Économie

 

Une révision des subventions pourrait profiter au groupe agricole d’Andrej Babiš

 
photo:  (Štěpánka Budková)
 

Le ministère de l’Agriculture prépare une révision majeure du système d’allocation des subventions agricoles à partir de l’année prochaine. Sous la tutelle de Marian Jurečka (parti chrétien-démocrate), les nouveaux paramètres pourraient surtout profiter aux grands producteurs, y compris donc le groupe Agrofert du ministre des Finances, Andrej Babiš, et cela au détriment des fermes familiales et des petits producteurs écologiques.

 

Jusqu’alors, il fallait avoir une vache pour 5 hectares pour pouvoir bénéficier des subventions du ministère de l’Agriculture. Après la modification qu’envisage Marian Jurečka, il faudrait avoir une vache pour 3 hectares, et pour des agriculteurs écologiques, il s’agirait d’une vache sur 2,5 hectares pour obtenir des allocations publiques. Selon un membre de l’Association des agriculteurs privés, les nouvelles règles sont synonymes de liquidation pour les petits agriculteurs car ils ne seront pas capables de tenir les nouveaux quotas sur le nombre obligé des vaches ou des moutons. Si ces producteurs à petite échelle s’éloignent effectivement de l’agriculture extensive, ils sont néanmoins dépendants des subventions.

L’alliance des localités marginales (Svaz marginálních oblastí, SMO) qui réunit plus de 1400 agriculteurs actifs dans des endroits moins fertiles, a noté que les projets du ministère vont à l’encontre de la résolution gouvernementale de 2010 qui envisage la hausse de la part de la terre agricole écologique de 15% en 2015, ce qui représenterait plus de 522 600 hectares. Au contraire, le ministère planifie une baisse de 25% des superficies de la production écologique.

Pour le serveur echo24.cz, le secrétaire de l’Association des agriculteurs privés a remarqué que la stratégie du ministère semble favoriser la grande production industrielle qui pèse sur l’environnement de par son caractère extensif et parce qu’elle implique l’usage de plus de engrais chimiques. Selon l’agriculteur cité par le serveur echo24.cz, les nouvelles règles profitent surtout aux grands exploiteurs de la terre et aux grandes entreprises, à l’instar de celle du ministre des Finances, Andrej Babiš (mouvement ANO). Chez eux, les producteurs seront amenés à acheter plus d’engrais, plus de pesticides et puis vendre le blé dans leurs moulins et leurs machines à pain.

En réponse à ces critiques, le ministère de l’Agriculture nie les informations selon lesquelles la quantité de la terre agricole écologique devrait baisser. Quant aux subventions, il rétorque qu’il s’agit d’une augmentation minime du nombre d’animaux par hectare.

 
 
Auteur: Český rozhlas Radio Praha
 
Ajoutée: 30.06.2014
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Économie
 
 

Etre dans l’Union européenne : un...

Un Tchèque sur cinq considère l’appartenance de son pays à l’Union européenne comme avantageux...

 
 
Économie
 
 

Logement : les jeunes Tchèques...

Environ un tiers des Tchèques âgés de 18 à 30 ans sur trois vivent chez leurs parents, tandis que plus de...

 
 
Économie
 
 

Apiculture : la hausse des dépenses...

30,1 millions de couronnes (1, 16 millions d’euros) ont été alloués, l’an dernier, pour la lutte contre...

 
 
Économie
 
 

Le projet de budget de l’Etat pour...

Le ministère des Finances a présenté, lundi, le projet de budget de l’Etat pour l’année 2020. Celui-ci...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…