HOMEPAGE

Tourisme
 
Où aller, que visiter
 
Tuyaux culture

 

Monastères et lieux de pèlerinage en République tchèque – 2e partie – importants monastères de Prague

 
photo: Anežský klášter (wikipedia.org, foto Ben Skála)
 

Le territoire de la République tchèque, pays bénéficiant d’une longue tradition chrétienne, est parsemé de nombreux monuments religieux. Les monastères et les lieux de pèlerinage sont les plus nombreux d’entre eux. Cette fois-ci, nous nous focaliserons sur ces derniers dans notre série.

 
La capitale de Prague abrite un grand nombre de monastères. Nous allons donc dédier cette partie à Prague pour compléter la 1e partie dite « Prague ».

Importants monastères de Prague

Prague abrite de nombreux complexes monacaux d’importance qui servent aujourd’hui soit de monastères classiques, soit accueillent des activités profanes. Nous nous sommes focalisés dans la 1e partie de cette série sur le Monastère de Bénédictines de l’église Saint-Georges, situé au Château de Prague, sur le Monastère bénédictin de Břevnov à Prague et sur le Monastère des Prémontrés de Strahov à Prague. Quels autres monastères importants se trouvent à Prague ? Nous vous invitons à poursuivre votre lecture.

Le couvent Sainte Agnès à la Vieille Ville de Prague (Map) est classé monument culturel national depuis 1978. Ce premier couvent de clarisses en Bohême, fondé par Agnès Prémyslide et par le roi Venceslas Ier, a probablement été créé dans les années 1233 à 1234. Cependant, le couvent a commencé à se dégrader depuis la fin du XIVe siècle. En 1556, il a été repris par les Dominicains. Il a été endommagé par un incendie destructeur à la fin du XVIIe siècle. La réforme joséphiste a mis fin au couvent. De nos jours, il est le siège d’une antenne de la Galerie nationale de Prague.

Le Monastère des Capucins avec l’église Notre-Dame de Lorette de Prague (Map) est célèbre pour son carillon baroque et pour son coffre abritant le Trésor de Lorette. Il s’agit du plus ancien monastère tchèque des Capucins, fondé en 1600. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les unités allemandes de la Waffen SS y ont créé une prison. Peu après la guerre, les moines Capucins y sont retournés mais ont été expulsés au début des années 50. Après, le monastère est devenu le siège du contre-espionnage tchécoslovaque. Le monastère remplit à nouveau sa fonction d’origine depuis le début des années 90 du XXe siècle.

Le monastère d'Emmaüs (Monastère Na Slovanech) de Prague (Map) est classé monument culturel national. Charles IV a fondé le monastère en 1347 pour les bénédictins slaves qui donnaient des offices divins en vieux slave. En 1371, une église a été annexée au monastère. Peu à peu, le monastère est devenu un centre d’érudition et d’art. Parmi les étudiants de la langue cyrillique figuraient également Jan Hus et Jeroným Pražský. Cependant, en 1611, le monastère a été dévasté et n’a été rénové que dans la seconde moitié du XVIIe siècle après une reconstruction dans le style baroque, réalisée par des Bénédictins espagnols. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le monastère a été reconstruit par les Bénédictins de Beuron, qui ont créé un style d’art spécifique dans l’esprit du style de Beuron. En 1945, le monastère d'Emmaüs a été détruit lors du bombardement de Prague. Le complexe n’a été rénové que dans les années 1966 à 1969. Ensuite, le monastère est devenu le siège de l’Académie tchécoslovaque des Sciences. En 1990, Emmaüs a été restitué aux Bénédictins. Le monastère et l’église ont été reconstruits au cours des vingt années suivantes.

Le monastère de Zbraslav a été un monastère cistercien, situé à Prague sur le territoire de l'actuel quartier Zbraslav (Map). Il a été fondé en 1292 par le roi Venceslas II. Une église conventionnelle a été construite dans le complexe du monastère pour abriter une sépulture royale. Venceslas II a également été inhumé dans cette église. Pendant son existence, le monastère de Zbraslav a été la sépulture de deux dynasties de souverains de Bohême et de leurs familles. Dans la 1e moitié du XIXe siècle, le complexe est devenu la propriété du prince Fridrich Öttingen-Wallerstein, qui a fait réaménager le complexe des bâtiments monastiques en résidence princière. Ainsi le monastère a été transformé en château. Dans les années 90 du XXe siècle, le château a été restitué à ses derniers propriétaires, les Bartoň de Dobenín, et en 1995, le complexe a été proclamé monument culturel national.

Les prochaines parties de la série vous permettront de connaître d’autres monastères d’importance.
 


 
Auteur: Romana Kuncová
 
Ajoutée: 04.12.2012
 
 
 

Sur un sujet pareil

 
Loisirs
 
 

Où trouver l’opéra en République...

La République tchèque dispose de 10 scènes professionnelles d’opéra, dotées d’une troupe...

 
 
Loisirs
 
 

Where to take children when the...

Have you run out of ideas where to take your children when it is cold or raining outside? Inspire...

 
 
Entreprises en RT
 
 

Thonetka – chaise tchèque de...

Elle est faite en bois courbé depuis plus de 150 ans et continue à figurer parmi les chaises de première...

 
 
Tuyaux culture
 
 

Souterrains mystérieux de République...

Des caves et des couloirs souterrains, des mines, des galeries, des tunnels et même des usines...

 
Favoris

Histoire de l'art tchèque

Que s'est-il passé dans les arts au tout début de l'histoire tchèque ? Aujourd…

Conditions climatiques

La République tchèque est un Etat continental, situé dans les latitudes…

Les plus importantes découvertes actuelles

Au cours des dix dernières années, la recherche tchèque a fait des découvertes…

Le tchèque

Le tchèque fait partie du groupe des langues slaves de l'ouest. La langue…